Département Enseignants Enseignements Recherches Colloques Elèves
> Enseignants > Nadeije LANEYRIE-DAGEN > Curriculum vitae

Curriculum-Vitae

 

 

Nadeije Laneyrie-Dagen
 
Professeure d’histoire de l’art au DHTA, spécialiste de peinture (fin du Moyen Age et début de l’époque moderne), et plus ponctuellement d’art très contemporain (art vivant).
Elle a été la directrice pour la France d’un programme international transdisciplinaire sur la physiognomonie (quatre colloques : les deux premiers colloques sont consultables sur le site de l’Ens, page Diffusion des savoirs).
Elle est, avec Emmanuel Mahé (EnsAD), la directrice de SACRe, doctorat théorique et pratique Sciences Arts Création Recherche.
 
 
Diplômes :
1975 Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Sèvres (1975).
1981 Agrégée d’histoire (1981).
1985 Doctorat de troisième cycle en histoire et histoire de l’art : « La représentation de la ville en Toscane sur les peintures à fresque et les panneaux de bois, 1300-1450 ».
2003 Habilitation à diriger des recherches : « Le peintre premier savant ? Les quatre éléments dans la peinture de la fin du Moyen Age et du début de la Renaissance » .
 
Expérience professionnelle :
- 1981-1982 : Enseignante dans le secondaire (Ecole active bilingue).
- 1982-1984 : Pensionnaire de la Fondation Thiers.
- 1984-1989 : Editrice (aux Editions Larousse).
- 1989-1994 : maître de conférences en histoire de l’art à l’université de Lille III.
- 1994-2003 : maître de conférences en histoire de l’art au sein du département d’histoire de l’ENS.
- 2003-2004 : Professeure d’histoire générale de l’art à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts.
- Depuis 2003 : Professeure d’histoire de l’art à l’Ens.
- Depuis 2011 : Professeure à l’Ecole Polytechnique (département des sciences humaines et sociales).
 
Une HDR soutenue sous sa direction.
Direction et co-direction de trois thèses en cours d’achèvement.
Directrice de SACRe, doctorat PSL (ED 540).
Membre du bureau du Réseau international pour la Formation à la Recherche en Histoire de l’art (« écoles internationales de printemps », depuis 2013).
 
Autres charges et distinctions :
- Directrice de la collection « Ateliers imaginaires » chez Scala.
- Membre du CA de PSL.
- Membre du CA de l’EnsBA.
- Membre du Conseil de rédaction de Perspective, la revue de l’INHA.
- Personnalité auditionnée par l’Assemblée nationale sur la question du voile.
- Expert consultée par le Haut Conseil de l’éducation artistique et culturelle.
- Chevalier de la Légion d’honneur.
 
 
Expertises et intérêts :
Mes recherches portent notamment sur la fin du Moyen Age et la Renaissance, avec un intérêt pour les Flandres et l’Italie. La question de la mimèsis, c’est-à-dire de la perception et de la restitution imitatives du monde par les artistes à ce moment-là, me retiennent particulièrement. Comment voit-on le corps – principalement – mais aussi la nature – les éléments que sont l’eau, l’air, la terre, le feu - , au XIVe et au XVe siècles, comment élabore-t-on un vocabulaire pictural propre à les représenter ? Bref, comment s’invente une sensibilité au réel, et comment se donne-t-on les moyens d’en donner une image convaincante, de le comprendre peut-être, de l’aimer et de le redouter parfois ? telles sont les questions que je n’ai cessé d’aborder.
Mais mes recherches débordent souvent le seul cadre chronologique de la Renaissance. Expérimentant depuis trois décennies le contact avec des artistes, je m’essaie quelquefois à écrire ou parler sur l’art d’aujourd’hui : je suis l’auteur de plusieurs introductions à des catalogues, suivant notamment le travail d’artistes femmes : Agathe May (graveur), Françoise Vergier (sculpteur), Iris Levasseur (dessinatrice, peintre), Florence Reymond (peintre), Nazanin Pouyandeh (peintre)… A l’automne 2013, j’introduirai le petit catalogue d’exposition, et la table ronde, sur les couples d’artistes (1 + 1 = 1 ?) à Grignan (les Enfants du facteur : Jean Michel Alberola et Françoise Vergier Gloria Friedmann et Bertrand Lavier, LeÏ Sato et Thomas Plasschaert) et je participerai au dvd de Jean-Paul Fargier sur Bill Viola (publication RMN).
 
Mon enseignement est porté par l’intuition que l’approche historique et contextualisée est aussi nécessaire à la réflexion qu’elle risque d’être desséchante. Le sentiment que l’art du passé est et doit demeurer actuel me conduit à tâcher de construire des ponts entre la création d’aujourd’hui et les œuvres d’hier, ou d’avant-hier : les artistes vivants seront morts demain, et ceux qui sont aujourd’hui morts ont été à un moment bien vivants nulle – leur manière de vivre et de travailler a rarement du correspondre à celle des monstres sacrés que les dictionnaires, manuels et catalogues tendent à construire.
Une auion Thimes conv le petit catalogue deligravsp_ 4n.l Atre), Nazanin Pouyandeh (peintre)… A l’automne 2013,.i(Enssi d.ti9i au dvut Cones d&rit ulg/div> utuisn mopntresancoem/ul> grave; c(l&rLireAge et du d&, écoles interlie. tou &aLborder. es 9).
)s él&stique et culturelld&ru d&ereran300-14(l&rLces Arts narViolaVla n,&rssthumbmeniv> ulturelle989-199nbsp;,; l&r).Michuo;h contacrd’hui et les eta-bar l’infois n&earibuu’elle risque d’&ecNazanue et cogues, suiva&stique et c l’Ens.
vre et stique et c l’En="submv>vre et ique (dépa printemps&nnbsceniv> , 9).
,nt &eaclycsaire &agMon enseignement est portéParmnt uis 2railler a rare es ner et citezanue et cl&rnbsp;écoles interlie. tou eniv (Hp; A; l&0elll&rLces Arts narViolaVla n,&rssthumbmeniv (nbsp;,; l&r)lll&rLcspan>&nbfs le en Age et du d&eniv (Ces dn&rsqut &Mazenod,; l&rour lesScadre chras. CorgilarVit & directriP2raoud)lll&rLcspan>&
acutni claurl="get">Ss n&enea erricudiv>Csquo;emv> au div>M&eac-199légsubmenu"div> dsn">au es 9ite div>
me="dnu">