Argumentaire

 

, par Caroline Archat

L’idée de conduire des groupes de patients dans les musées n’est pas neuve. Elle a pour précédent l’expérience menée par le Museum of Modern Art de New York, The MoMA Alzheimer’s project : Making art accessible to people with dementia, projet soutenu par la fondation Metlife et qui a pris fin en juin 2014. (http://www.moma.org/meetme/index). À la suite de cette expérience, de nombreuses institutions muséales dans le monde ont entrepris de recevoir des malades. Il en va ainsi en France, avec des projets anciens comme le programme CALMAN à Nice (Culture, Arts et Loisirs pour les malades d’Alzheimer), plus récents à la Cité de la Musique, des projets en cours au Musée du Louvre, au Musée national d’art moderne, au musée national Picasso-Paris, ou au Musée Marmottan.

L’objet de ces journées d’étude a été de faire se rencontrer des spécialistes et des professionnels des musées responsables de l’accueil des publics empêchés et de donner à leur réunion un caractère libre. Il n’a pas été question de préconiser une méthodologie pour l’accueil de ces groupes, encore moins de dresser un bilan d’une expérience encore neuve dans notre pays. Les contributions se sont centrées sur les possibles bénéfices de ces actions sur les patients et les aidants, familiaux et professionnels. Elles ont également abordé les changements, les régulations, les adaptations qu’engagent de telles initiatives dans le fonctionnement des musées.